Le traitement de la dysfonction érectile : des hormones à la pilule bleue

Le traitement médical de la dysfonction érectile s’est largement simplifié grâce à l’apparition de la fameuse pilule bleue. Pour la petite histoire, ce fameux traitement avait été étudié et testé pour traiter l’hypertension artérielle. Les patients le prenant, voyaient leur chiffre de tension baisser, mais, surtout, ils constataient une amélioration nette de leurs performances érectiles…De là est né le mythe de la pilule de l’érection!


Le traitement de la dysfonction érectile psychologique

Il s’agit de rassurer l’homme au sein du couple et de lui redonner confiance.
Le couple doit être présent à la consultation. Cette consultation doit laisser une large place à l’écoute et doit être réalisée par le médecin traitant, et, idéalement, en cas d’échec par un sexologue. Une aide médicale peut-être apportée transitoirement au patient par un IPDE5 (viagra, cialis, levitra ou spedra) pour relancer la machine.


Le traitement du déficite androgénique lié à l'âge (ménopause de l'homme)

Le traitement consiste à apporter de la testostérone sous forme de patchs, de comprimés ou d’injections mensuelles.
Le traitement hormonal substitutif va permettre de retrouver un élan vital, une forme physique et psychologique assez rapidement. En revanche, concernant l’érection, cette amélioration est secondaire et il faut, au départ, prendre un traitement non spécifique de la dysfonction érectile : IPDE5.

Ce traitement doit nous amener à surveiller de près la prostate, qui se développe grâce à cette hormone. La testostérone ne va pas déclencher un cancer de prostate, en revanche, si celui est latent, il peut alors se réveiller d’où la nécessité d’une surveillance étroite du PSA (protéine sanguine révélatrice des problèmes prostatiques).


Le traitement médical de la dysfonction érectile = IPDE 5

Ces médicaments peuvent être pris soit 15 à 45 minutes avant le rapport sexuel (VIAGRA, CIALIS, LEVITRA et SPEDRA) soit au quotidien à dose filée (CIALIS).

Dans tous les cas, ces médicaments sont des facilitateurs de l’érection ; il faut une stimulation sexuelle sans quoi, rien ne se passe.

Ils ne sont pas remboursés par la sécurité sociale mais pris en charge par certaines mutuelles. La prise à la demande (au moment du rapport) est privilégiée si les rapports sont programmés et surtout peu fréquents.

La prise quotidienne sera plus avantageuse en cas de rapports fréquents (2 ou plus/semaine) et, a, pour avantage ajouté, de donner un caractère plus naturel et non contraint de l’érection. Ces médicaments ne sont pas dangereux, mais il faut une prescription médicale obligatoire. Le rapport sexuel, en lui même, fait travailler le cœur (équivalent à une montée de deux étages en courant) et si celui-ci n’est plus habitué à l’effort, alors, l’accident cardiaque peut survenir.


Mais si tout cela ne fonctionne pas, il ne faut pas pour autant mettre un mouchoir sur ses ambitions sexuelles…dans un prochain post, vous pourrez trouver des solutions à vos problèmes..

Dr MALLET
Urologie et cancerologie
Service : Urologie
Téléphone : 0555888832