Une opération se vit mieux sans tabac

Le tabagisme entraîne un surrisque opératoire chez les fumeurs. Un sevrage tabagique préopératoire réduit les risques, voire les annule s'il est entrepris 6 à 8 semaines avant une intervention chirurgicale.

 

Pourquoi arrêter de fumer avant une intervention chirurgicale ?

Lorsqu'on prévoit d'être opéré, il est important de savoir que le tabagisme augmente les risques de complications, comme par exemple les problèmes respiratoires, les risques infectieux, mais aussi les complications de cicatrisations.
Arrêter de fumer 6 à 8 semaines avant une opération et jusqu'à la cicatrisation garantit :

  • Trois fois moins de complications chirurgicales
  • Deux fois moins de passages en unité de réanimation
  • Un séjour d'hospitalisation plus court.

 

L'arrêt du tabac : c'est plus facile avec un peu d'aide.

Une intervention chirurgicale est un moment propice pour mieux prendre en compte sa santé. Peut être êtes vous prêt à cette occasion à changer votre comportement pour préserver votre santé et diminuer autant que possible les risques opératoires.

Votre intervention chirurgicale est programmée depuis plusieurs semaines :
Votre médecin traitant ou votre médecin spécialiste peut vous accompagner dans une démarche d'arrêt du tabac ou vous orienter vers un tabacologue.

Pour une chirurgie en urgence : 
Le personnel soignant est à même de vous aider.

La stratégie de prise en charge : 
L'évaluation de votre dépendance au tabac est un élément essentiel et facilement réalisable à l'aide du test de Fagerström (voir à la fin du document).

 

Quand faut-il arrêter de fumer ?

Il est souhaitable de s'arrêter le plus tôt possible avant une opération :

  • Arrêt de plus de 6 semaines avant l'intervention : le risque opératoire lié au tabac a disparu
  • Arrêter plus de 2 jours à 6 semaines avant l'intervention : le risque opératoire dû au tabac diminue d'autant plus que le délais entre l'arrêt et l'intervention sera long
  • Arrêt 12 à 48 heures avant une intervention : une baisse du CO circulant donc une meilleure oxygénation
  • Réduction du tabagisme sans arrêt total : réduit le rique mais un arrêt complet est préférable

Et après l'opération ?

L'arrêt du tabac est aussi important après, qu'avant une opération et ce au moins jusqu'à la fin de la cicatrisation de la peau (3 semaines après l'intervention et 2 à 4 mois pour la consolidation osseuse après l'intervention).
Profitez-en pour rester un non-fumeur pour toujours : vous avez tellement à gagner !

 

Votre enfant va être opéré et vous fumez ?

Chez l'enfant, le tabagisme passif est facteur d'aggravation du risque opératoire. Pour le bien de votre enfant, il est recommandé plus que jamais :

  • Au mieux, l'arrêt du tabac
  • A minima, de ne pas fumer en sa présence et d'attendre au moins 2 heures avant de le laisser accéder à une pièce où vous avez fumé.
Suis-je dépendant ? Faites le test de Fagerström !

Voici un test sur la dépendance physique à la nicotine. Cochez les cases, comptabilisez vos points indiqués entre parenthèses et reportez vous à l'interprétation du test.

1. Le matin, combien de temps après votre réveil allumez- vous votre première cigarette ?

(3) □ Dans les 5 minutes
(2) □ Entre 6 et 30 minutes après
(1) □ Entre 31 et 60 minutes après
(0) □ Après 1 heure ou plus

2. Trouvez-vous qu'il est difficile de vous abstenir de fumer dans les endroits où c'est interdit ?

(1) □ Oui 
(0) □ Non

3. A quelle cigarette renonceriez-vous le plus difficilement ?

(1) □ La première de la journée
(0) □ Une autre

4. Combien de cigarettes fumez-vous par jour, en moyenne ?

(0) □ 10 au moins
(1) □ De 11 à 20
(2) □ De 21 à 30
(3) □ Plus de 30

5. Fumez-vous à intervalles plus rapprochées durant les premières heures de la matinée que durant le reste de la journée ?

(1) □ Oui
(2) □ Non

 

 
Interprétation du test :

Additionnez le total des points correspondant à vos réponses:

  • Entre 0 et 2 : pas de dépendance
  • Entre 3 et 4 : dépendance faible
  • Entre 5 et 6 : dépendance moyenne
  • Entre 7 et 10 : dépendance forte ou très forte

Si votre score est supérieur ou égal à 5, vous aurez vraisemblablement besoin d'utiliser un traitement de substitution nicotinique (timbre ou gomme à mâcher).

Pour vous aider à arrêter de fumer, vous pouvez vous adresser à votre médecin traitant, à votre pharmacien, à l'équipe chirurgicale ou à untabacologueVous trouverez la liste des consultations de tabacologie sur le site de l'Office français de prévention du tabagisme(www.oft.asso.fr) ou sur le site du réseau hôpital sans tabac (www.hopitalsanstabac.org).

Vous pouvez aussi contacter Tabac info service par téléphone : 39 89 ou par internet : www.tabac-info-service.fr